En 4 ans, de 2013 à 2016, chaque famille québécoise a dû débourser en moyenne 1 350$ de plus pour se nourrir. Le problème c’est que les salaires n’ont pas suivi.

Des aliments comme la laitue (+ 22%), les tomates (+ 11%) ont enregistré des hausses de prix spectaculaires durant l’année 2015. De plus, le coût des fruits comme les oranges (+ 14,9%) les fraises et les framboises (+ 17,4%) a beaucoup augmenté. La hausse du prix du panier d’épicerie fait un trou dans le budget des familles qui sont appelées à sortir la carte de crédit simplement pour se nourrir.

Les alternatives

Il existe des alternatives qui permettent de se nourrir aussi bien, sinon mieux, et à moindre coût. Il suffit de s’organiser collectivement.

Par exemple, le Québec compte 1382 cuisines collectives (rccq.org), des coopératives d’alimentation, les jardins collectifs et des groupes d’achat, l’un des services offerts par les Accorderies (accorderie.ca).

Les ressources

Consultez votre association de consommateurs et consommatrices pour d’autres alternatives dans votre région.

Contribuez à la campagne Partagez sur les réseaux sociaux